Women & Birth

Photo d'accouchement © Women & Birth

A PROPOS DU REPORTAGE PENDANT LA NAISSANCE

"Le reportage de l’accouchement est innovant en France.
Mais aux USA et au Canada, la birth photography est une activité reconnue et développée."

Les images de l'arrivée de votre enfant au monde, le plus touchant des souvenir

wb-black
wb-black
wb-black

L’image, un outil de guérison unique

Photo d'accouchement © Women & Birth

Aujourd’hui,en France, une femme sur cinq accouche par césarienne (dont la moitié en urgence) et 80% recourent à la péridurale. Le contexte de l’accouchement est médicalisé. Egalement, les règles légales en matière de confort et de sécurité sont strictes. L’exigence des familles s’est aussi développée. A noter enfin que les femmes ont changé. Les mères sont plus âgées, plus soucieuses de la beauté de leur corps, mieux informées ; elles sont dans une approche mentale de ce qu’elles vivent avec un goût prononcé pour le contrôle. Ainsi, la dimension instinctive et animale que les femmes rencontrent au moment de l’accouchement est une épreuve à laquelle elles sont peu préparées. Vivre l’accouchement en pleine conscience et dans des conditions de grande humanité est rare à présent. Mais il est possible par l’image d’humaniser le souvenir de ce contexte.

"Car le reportage photo est un outil visuel qui permet de réveiller les émotions, de les revivre et de réaliser l’expérience vécue. Ainsi, le reportage d’accouchement est un véritable outil adapté à notre époque pour aider les femmes.

Immortaliser les premiers flux de contact

Pour ne jamais oublier l’intensité de l’amour survenu au moment de la naissance

Les premiers éléments de contact qui créent l’amour entre la mère et son enfant sont le flux visuel, l’odeur, la peau, la tétée.
Les premières heures s’inscrivent profondément dans le cerveau émotionnel et dans l’inconscient de l’enfant. Elles seront déterminantes dans le développement comportemental du futur adulte et dans l’amour de la mère pour son enfant.

Ces émotions peuvent être positives et se mettre en place immédiatement. Mais lorsque la femme accouche sous césarienne, lorsque l’enfant est placé en couveuse, lorsque la douleur est importante, ces flux de contact sont freinés. Ainsi peut se créer une rupture qui empêche le sentiment d’amour de s’installer instinctivement entre deux êtres qui ne se connaissent pas encore beaucoup. La maman risque par exemple d’avoir du mal à ressentir tout l’amour qu’elle voudrait pour son enfant. L’enfant peut même être associé à l’échec de son accouchement, voire considéré inconsciemment comme responsable. Le nouveau né, privé des contacts fondamentaux, risque de se construire dans un schéma de séparation.

"Les images peuvent être un outil pour relancer le processus d’union et réparer la blessure de séparation. Immortaliser les premiers flux de contact permet d’y revenir, de revisiter le moment, le chercher à nouveau quand le besoin se fait sentir.

De l’inconscient vers le conscient

Remettre en conscience les évènements inconscients qui ont émergé au moment de l’accouchement

Pendant l’accouchement, des émotions inoubliables sont vécues : l’intensité du premier regard de l’enfant à sa mère, les larmes de joie, l’ intensité de tenir cet être si fragile pour la première fois. Mais apparaissent des péri-évènements plus négatifs- l’attente de l’anesthésiste, la peur de la péridurale, le malaise du papa, l’indisponibilité de la sage-femme. Dans l’urgence, tout cela est vécu sans conscience. L’intensité est à son comble, les ressentis se bousculent et les parents réalisent difficilement l’évènement qu’ils sont en train de vivre.

"Le reportage a pour rôle de réveiller les instants lumineux et d’offrir, telles des tableaux, les images permettant de ressentir à nouveau l’essentiel. Ainsi, des phénomènes inconscients vécus pendant la naissance peuvent remonter vers le conscient.

Renforcer l’union du couple

Le moment de l’accouchement est vécu de façon contrastée par le père et la mère. Tandis que la femme est au centre, l’homme est à côté, sans place précise. En visionnant le reportage, les parents vont revivre ce moment ENSEMBLE. Ils ressentiront les mêmes émotions au même moment.

"Ainsi, le reportage d’accouchement renforce l’amour dans le couple et accompagne une relation en mutation.

Pourquoi un reportage d’accouchement dans le cas de la césarienne est-il précieux ?

Mes images transforment une épreuve en un beau souvenir. Elles aident la femme à prendre conscience du rôle essentiel qui a été le sien.

Le reportage d’accouchement est un moyen de donner à cette épreuve la dimension féérique de la naissance. Bien qu’éveillée au moment de la césarienne, l’état de la maman est fortement modifié sous l’effet des médicaments et de l’anxiété. Le souvenir de son accouchement peut être flou et confus. Grâce aux photographies, la femme prendra conscience que c’est bien elle qui a mis au monde l’enfant : l’importance de son rôle est éclairci et revalorisé. Elle découvrira également les premiers moments de la vie de son enfant qui lui ont échappé: l’examen du bébé par le pédiatre, le passage en couveuse, le peau à peau avec le papa. Ainsi, une lumière nouvelle éclairera la naissance. Et les sentiments d’échec et de séparation fréquemment constatés seront remplacés par de la fierté et du bonheur.

"Pour les femmes qui redoutent la césarienne, le reportage d’accouchement est un outil thérapeutique unique. Cet accouchement particulier, résonnant parfois comme une défaite personnelle, sera vécu comme un succès. La femme retrouvera confiance et estime d’elle-même. Dans un contexte chirurgical, l’enfant naît, en bonne santé, et pour cette seule raison cet accouchement est absolument magique. Les images seront là pour le rappeler.

Photo d'accouchement © Women & Birth
Photo d'accouchement © Women & Birth
Photo d'accouchement © Women & Birth
Photo d'accouchement © Women & Birth